Paypal et le monde d’avant…

Fut un temps où, pour mettre en place une solution de paiement sur son site web, il existait deux solutions.

La première, c’était d’aller voir les banques et de leur montrer un dossier solide, avec une belle courbe de croissance et des garanties qu’elles se feront un max de fric au fil du temps. Elle te proposait ensuite un module de paiement avec un abonnement bien cher et des commissions sur les transactions.

La seconde, c’était Paypal. Là, pas besoin de dossier solide, on s’inscrit et on a accès au module de paiement, moyennant des commissions sur les transactions. Certes ces commissions étaient plus élevées que chez nos amis banquiers mais pour un petit projet, ça nous permettait d’avoir un module de paiement et d’esquiver l’abonnement qui pique le porte-monnaie.

Un module de paiement pour ma boutique

Le mois dernier, je finis de monter ma petite boutique en ligne, et j’arrive au moment de mettre en place le module de paiement (oui, sinon aucun rapport avec cet article). Comme c’est plus un délire qu’un rêve de fortune, j’oublie les solutions bancaires et me dispense de business plan et autres démarches laborieuses.

Tout naturellement, je me tourne vers Paypal. C’est un peu la solution qu’on a en tête lorsqu’on veut un module de paiement qui ne vienne pas d’une banque.

Paypal, comment te dire… ?

Je crée donc mon compte pro sur Paypal. Je renseigne mes informations, j’upload mes documents bancaires. Même pas peur. Puis je pars à la recherche du fameux module de paiement.

En me baladant d’un lien à l’autre, je passe d’une page de mon interface d’administration à la documentation technique. Premier problème, les interfaces ne se ressemblent pas. J’ai l’impression de switcher d’un site à l’autre. C’est vraiment affreux comme expérience. Et la navigation interne est juste pitoyable… On ne sait pas où on est.

La documentation, parlons-en. Impossible de trouver une information claire et certaines pages n’existent même pas. C’est une 404-party… Bref, gros bordel !

Je tombe par hasard sur ce que je pense être ce fameux module de paiement. Cool. Bon. Je rempli les informations nécessaires. ENCORE. Après validation du formulaire, un message m’indique qu’une validation par téléphone est nécessaire et qu’un opérateur m’appellera d’ici 3 à 5 jours. Soit. Normal, c’est des informations bancaires, on déconne pas avec.

Mais autant dire que cet appel, je l’ai attendu, longtemps, et il n’est arrivé que deux semaines plus tard.

Bref, quelques heures de perdues et toujours pas de module de paiement. N’importe quoi.

Bye bye Paypal. Bonjour Payplug !

Du coup, j’ai cherché des solutions concurrentes. Et il en existe pas mal. En fait, on pense pas forcément à chercher ces solutions car on a tous en tête Paypal (mais c’est mal).

Dans ces solutions, j’ai choisi Payplug. C’est la solution qui répondait le mieux à mes besoins, à savoir :

  • une interface de gestion simple
  • un service qui marche
  • une intégration facile et rapide dans WooCommerce

La création du compte a pris moins de 5 minutes. L’installation du module de paiement en mode test, pareil. Et 2 jours plus tard, mon compte était activé et je pouvais recevoir des paiements. Dans ta gueule, Paypal.

Payplug propose également une application mobile qui permet de saisir un montant et un numéro de téléphone, puis d’envoyer un lien par SMS qui redirige vers un module de paiement en ligne sécurisé. Pratique pour les ventes lors d’évènements.

On va rigoler encore un peu, la commission Paypal est de 3,4 % + 0,25 € par transaction. Celle de Payplug est de 2,5% + 0,25 € par transaction. Et dégressive suivant le volume.

Donc…

…je pense que tout est dit. Paypal, c’était mieux avant, quand la société était leader sur ce marché. Aujourd’hui, des acteurs bien plus intéressants ont envahi ce marché et c’est tant mieux pour nous.